Voeu en faveur de la formation des enseignants bilingues.

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Voeu déposé par les élus du groupe UDB - Gauche alternative au Conseil régional de Bretagne



La nouvelle maquette du concours de recrutement des enseignants qui devrait être finalisée d'ici moins d'un mois vient d'être présentée par François Perret, doyen de l'Inspection générale de l'Education nationale. Cette maquette ignore complètement la formation des enseignants bilingues. Ou bien il s'agit d'un oubli ô combien révélateur, ou bien il s'agit de la remise en cause délibérée d'un acquis essentiel, dans les deux cas, ce n'est pas acceptable.


Le concours de recrutement et de formation des professeurs des écoles « spécial langues régionales », obtenu en 2002, avait alors été créé pour faire face au manque d'enseignants diplômés dans les filières bilingues.


Alors qu'il conviendrait de conforter ce concours spécial en améliorant le dispositif de recrutement, en développant les préformations aux concours et l'accès au métier (formation continue en langue bretonne des enseignants monolingues), la suppression de cette avancée majeure pour l'enseignement de la langue bretonne accentuera les difficultés de recrutement et de formation des professeurs dans les trois filières d'enseignement bilingue en Bretagne (enseignement public, associatif et confessionnel), mettant ainsi l'existence même de l'enseignement du breton en péril, en contradiction totale avec les engagements unanimes du Conseil régional de Bretagne.


L'interpellation de l'Union des enseignements de breton a fait réagir le service communication de l'Education nationale qui a annoncé que « ces spécificités seront prises en compte », c'est un premier pas, mais il convient d'aller plus loin.


En conséquence, le Conseil Régional de Bretagne, réuni en séance plénière, ce 24 octobre 2008 demande :


- qu'il soit remédié à cet « oubli » en faisant apparaître clairement dans la maquette du concours de recrutement de professeurs des écoles, une filière « spécial langues régionales », qui comportera deux épreuves sur quatre en langue régionale, à savoir une épreuve d'admissibilité écrite et une épreuve d'admission orale.


- que le concours bivalent de recrutement des professeurs de breton des lycées et collèges soit ouvert à toutes les matières (actuellement il n'est ouvert qu'aux bivalences breton-mathématiques, anglais, histoire et géographie ou lettres modernes) et ce, afin d'élargir le recrutement et la formation des enseignants bilingues.

Commenter cet article