Bloavezh mat !

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

L'année 2008 vient de s'achever sur une note pessimiste avec la crise financière et économique qui annonce malheureusement une grave crise sociale qui va affecter la majorité de nos concitoyennes et de nos concitoyens.

La situation internationale n'est guère plus réjouissante avec les bruits de botte que l'on entend un peu partout. Bien des peuples ont encore leurs chaines à briser, que ce soit en Palestine, au Tibet, en Afrique ou en Europe.

En France, le pouvoir sarkozyste accroit sa mainmise sur les médias et nous prépare des lendemains douloureux toujours au service de ses amis et au détriment du plus grand nombre !

Bref, la situation n'est pas très réjouissante et pourtant, à l'orée de cette année 2009, nous gardons espoir. Espoir de voir notre influence politique grandir. Les consultations électorales de 2008 ont renforcé notre courant qui se réclame de la gauche bretonne, sociale et écologiste. Membres des exécutifs de la plupart des grandes villes bretonnes aux côtés des autres forces de gauche, nous apportons notre concours et notre capacité de réflexion et d'interpellation comme le font nos élus au niveau régional !

Espoir aussi dans la capacité de notre peuple à faire valoir ses droits ! Ainsi 2009 doit être pour nous, adhérents de l'AEPB, l'occasion d'un grand combat pour le retour de Nantes et de la Loire Atlantique à sa région d'origine, pour mettre fin à cet inique décret pétainiste de 1941 ! C'est un combat partagé par la très grande majorité des Bretonnes et des Bretons. A nous de faire en sorte que 2009 réconcilie enfin l'histoire, la géographie et la démocratie !

Il restera bien sûr d'autres combats à mener, en 2009 et au-delà : le renforcement du pouvoir régional, notamment financier mais aussi politique avec le transfert à la région de certaines compétences, par exemple pour la Bretagne la culture et la question de l'eau, le renforcement de la coopération interrégionale, notamment dans le cadre européen, la défense de nos langues inscrites pour la première fois dans la Constitution même si nous aurions préféré que ce soit à une autre place, la défense de notre environnement sans oublier la question sociale où notre association doit s'impliquer encore davantage !

Vous le voyez, chères amies et chers amis, il reste du pain sur la planche pour les élus de l'AEPB qui doivent encore s'efforcer d'élargir notre audience ! Vous avez dans vos conseils municipaux des amis qui sont proches de nos idées ! N'hésitez pas à aller vers eux pour leur proposer de nous rejoindre ! Ainsi nous serons plus forts pour affronter cette année 2009 qui s'annonce difficile !


Bloavezh mat d'an holl !


Georges Cadiou

Président de l'AEPB

Commenter cet article