Babigoù Breizh : c’est parti ! War raok !

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

En 2006, l'association Babigoù Breizh déposait un dossier proposant l'ouverture de la première crèche en breton, à Gwened/Vannes.


La genèse du projet tient à la rencontre de Frédéric Ledouble et de Jean-Jacques Page, alors co-présidents de l'école Diwan de Gwened/Vannes. Tous deux se posent la question :

la non scolarisation des enfants de moins de 3 ans, envisagée par le gouvernement, ne serait-elle pas l'opportunité de promouvoir le breton avant l'école, dès le plus jeune âge ?


Leur initiative se heurte, le 5 février 2007, à la réponse de la CAF (Caisse d'allocations familiales) du Mor Bihan : « l'usage du breton dans l'accueil des enfants constitue un obstacle à l'accès universel des familles à cet accueil ». Verdict sommaire, totalement discriminatoire au regard des conventions internationales relatives aux droits de l'homme qui garantissent l'égalité des droits « sans discrimination aucune, fondée sur la race, la couleur, la religion ou la langue ».


Les acteurs du projet décident alors de médiatiser leur combat et de déposer un recours auprès du tribunal administratif. La manifestation d'An Oriant/Lorient du 31 mars 2007 est le point de départ d'une mobilisation pour le respect des droits linguistiques des bretons.


Babigoù Breizh est devenu un symbole, le symbole d'une Bretagne innovante, d'une Bretagne qui persiste dans des projets pour la promotion de sa langue. Un nouveau dossier quelque peu « amélioré » au regard des préconisations de décideurs « frileux » est enfin validé le 1er avril 2008 par la CAF du Mor Bihan.


Après de multiples interactions entre les acteurs du projet et la mairie, J-J Page, élu conseiller municipal de Gwened/Vannes en mars 2008, membre de l'UDB et de l'AEPB, demande officiellement à F. Goulard, maire de Gwened/Vannes, d'accompagner le projet Babigoù Breizh, lors du conseil municipal du 19 décembre 2008. La réponse du maire est claire : « nous sommes très ouverts et très favorables...Vous avez raison d'en souligner le caractère hautement symbolique ».


Une réunion de travail s'est tenue le 26 janvier 2009, qui réunissait le conseil général du Mor Bihan (directrice de la PMI), la CAF, la mairie et Frédéric Ledouble, président de Babigoù Breizh. La décision d'ouverture d'une crèche (sous le régime innovant des micro-crèches), dès 2009, a été validée par l'ensemble des partenaires.


« Ni hon unan », faisons le nous-mêmes.

Babigoù Breizh a déplacé, comme l'avait fait Diwan, il y a 30 ans, les limites imposées à la présence publique et populaire de la langue bretonne. En initiant l'espoir d'un nouveau réseau qui placera la langue bretonne, langue vivante, dans les oreilles des bébés de Bretagne, Babigoù Breizh contribue à l'ouverture des portes en faveur d'une avancée concrète et pérenne de l'institutionnalisation de notre langue.

Commenter cet article

kervern 06/02/2009 18:05

Bravo camarades! c'est une sacrée victoire! A toutes fins utiles,et pour transformer votre essai, vous savez sans doute que l'association Divskouarn ("divskouarn403@orange.fr") est une structure technique de soutien aux crèches bretonnantes ( c.f. Le P.B. de janvier 2009) War raok atao! Alain Kervern

boco 05/02/2009 00:51

Le progrés c'est chouette, faire bouger les lignes c'est royal.Félicitations.