Oui aux conventions pluriannuelles et aux subventions structurantes pour la vie associative

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

 

L'Union de la droite et du Centre s'en prend, non dit-elle à la vie associative, mais à son mode de financement. On ne s'étonnera pas que cette attaque vienne renforcer localement les décisions désastreuses du gouvernement Sarkozy à l'égard des fédérations d'éducation populaire.


Dans le collimateur de cette composante de la droite brestoise : les conventions pluriannuelles et les subventions structurantes aux associations qui jouent dans la ville un rôle d'intérêt général !


Voilà précisément les deux points que nous soutenons depuis toujours et continuerons à soutenir contre vents et marées.


En effet, les conventions pluriannuelles d'objectifs passées entre les collectivités publiques et les associations sont un outil de gestion indispensable aux organismes qui ont besoin d'inscrire leur action dans la durée. Et si la ville passe des conventions pluriannuelles avec des structures, c'est bien parce que cette base est de nature à renforcer l'efficacité globale de ses financements. Outre une sécurisation des financements permettant, grâce à une garantie de stabilité, la continuation sans heurts de projets relevant de l'intérêt général, ces conventions ont l'immense mérite de responsabiliser les partenaires sur des objectifs communs et de clarifier leurs relations.


Nous nous étonnons que les élus de l'opposition municipale y trouvent des contenus sibyllins : c'est sans doute à mettre sur le compte d'un manque de familiarité avec le fonctionnement concret de la vie associative.


Par ailleurs, le financement des structures n'exclue pas le financement des projets : ce sont des modes de financement complémentaires. Financer des structures, c'est reconnaître que celles-ci remplissent dans la ville des fonctions sociales essentielles pour la cohésion de la cité, c'est assumer une co-responsabilité en matière de solidarité, d'animation auprès des jeunes, de démocratie culturelle, de lien intergénérationnel...Le financement des projets ponctuels, quant à lui, vise à permettre l'expression de l'initiative, de la créativité, de l'innovation. C'est grâce à ces financements que sont assurées dans la ville une animation variée, renouvelée, mais aussi une capacité d'expérimentation favorable à l'adaptation permanente de l'offre de services aux besoins de la population.


Quant à la judicieuse suggestion de demander leur bilan comptable aux associations, nous disons seulement qu'il faut arrêter d'enfoncer des portes ouvertes !


Anne-Marie Kervern

Adjointe au Maire, conseillère communautaire

Frédérique Le Nedellec

Conseillère municipale, conseillère communautaire

Publié dans Economique et social

Commenter cet article