Le sondage IFOP-Ouest-France : une raison supplémentaire d’organiser une consultation populaire !

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Après toute une série de sondages ces dernières années donnant en moyenne entre 65% et 71% d'opinions favorables à la réunification bretonne en Loire-Atlantique, la dernière enquête à ce sujet publiée dans les colonnes d'Ouest-France semble indiquer un renversement de tendance !


La crise économique et sociale (il y a plus important que le redécoupage territorial), le sectarisme politique (la gauche officielle rejette tout projet suspecté d'émanation élyséenne), l'opposition de quelques barons notamment du PS (le président de la région des Pays de la Loire, les maires de Nantes et de Rennes) ... il y a sans aucun doute quelques explications rationnelles à ce désintérêt soudain et tout de même très surprenant !


En effet, en 2006, c'est-à-dire voici moins de trois ans, le même institut de sondage sur le même sujet avait trouvé 67% d'habitants de la Loire-Atlantique favorable au retour de leur département à la région Bretagne. Et sur les mêmes bases, ils ne seraient plus aujourd'hui que ... 27% ! Même le journaliste d'Ouest-France s'en étonne et on le comprend, il y a une trop grande disparité des chiffres, on est loin de la marge d'erreur communément admise en matière de sondages ! Soit le résultat de 2006 était erroné, et avec lui tous ceux qui donnaient des chiffres équivalents, soit c'est le chiffre du dernier sondage qui ne correspond pas véritablement à l'état de l'opinion !


Quoi qu'il en soit, ce sondage ne change rien au fond de l'affaire. Au contraire, il rend plus que jamais nécessaire l'organisation, en Loire-Atlantique (c'est elle qui est avant tout concernée !) d'une consultation populaire comme le permet la Constitution ! Avec une question claire et un débat démocratique, notamment à la télévision, pour que chacun puisse développer ses arguments ! Il faut donner la parole au peuple, le seul apte à trancher ce genre de débat !


Ajoutons que les opposants farouches à la réunification bretonne devraient être les premiers à exiger un tel vote ! On pense bien sûr à Jean-Marc Ayrault et à Jacques Auxiette. Si on en croit ce dernier sondage, ils n'ont aucune crainte à avoir : ils remporteront ce vote populaire ! A moins d'avoir peur de la démocratie, ce n'est pas notre cas !


Georges Cadiou

Président de l'AEPB

Adjoint UDB au maire de Quimper

Publié dans Réunification

Commenter cet article

Yves LE COADIC 24/03/2009 00:41

Dans une France européenne respectueuse de ses peuples, une nouvelle Bretagne est à construire. De façon démocratique, nous devrions demander à ce que soit organisé un référendum sur cette question dans les quatre départements de l’actuel espace territorial, appelé « Bretagne » par les promoteurs de la régionalisation de la France au siècle dernier et dans le département concerné, la Loire-Atlantique.

Sylvain Berhault 10/03/2009 09:38

Sondage Ouest-France du 07/03/09 : la part des chiffres :

N’accordons-nous pas trop d’importance aux résultats de ce sondage ?
En effet, passé la première surprise d’un chiffre de 1209 sondés pour les deux régions B4 et PDL qui paraît ridiculement bas, nous devons nous interroger au moins sur une répartition équitable de ce chiffre entre les deux régions (voire entre les départements puisque la Loire-Atlantique est , à juste titre, isolée) gage , pour une part, de la « représentativité » des sondés dont se vante le journal Ouest-France.
Comment parvenir à cette équité ? en prenant en compte non pas le nombre d’habitants (ce qui reviendrait à faire voter les enfants) mais le nombre d’électeurs inscrits :
Selon les chiffres des présidentielles 2007 :
Nous avons en B4 : 2 313 685 inscrits et en PDL : 2 517 783 ( en L.A : 892 230)
D’où un total :B4 + PDL de 4 831 468
Soit une proportion d’inscrits B4 sur les deux régions de : 2 313 685 / 4 831 468 = environ 47, 89 %
Ce qui appliqué aux fameux 1209 sondés donne le chiffre de sondés pour B4 de 579 personnes or selon Ronan Le Flêcher seuls 500 habitants de B4 ont été interrogés, ce qui représente tout de même une minoration de près de 16 % .
Cela ne change peut être pas grand chose au résultat final mais en dit long sur la façon dont ce travail a été mené : à la va-vite et en l’absence essentielle d’une certaine rigueur.
Et, encore, là on ne va pas jusqu’à s’étonner de ne pas trouver de personnes sans opinion (sic !) et on ne relève pas non plus la rédaction des questions : la première posée sur le Statu quo étant elle-même très sujette à caution quand on sait que certains habitants des PDL ne connaissent pas leurs départements et que certains habitants de B4 ne savent rien de l’appartenance historique de la Loire-Atlantique à la Bretagne , cela m’étonnerait fort que tous les sondés aient été à même de répondre correctement aux questions car , pour être « représentatifs » , il a bien fallu avoir parmi les sondés des personnes dans la situation ci-dessus évoquée.
Or, comment répondre à un tel sondage si on est pas informé ?
Ceci amène notamment à souligner qu’en cas de référendum, il y a une démarche
Considérable de pédagogie à mener et que de la façon dont est posée la question
Dépendra pour une bonne part le résultat.

Mais,en tout état de cause, je plains le journaliste chargé de commenter un tel sondage à l’évidence aussi peu honnête.

Sylvain Berhault
Conseiller délégue UDB à Henbont