Réunification : Lettre ouverte de Yann SYZ aux élus socialistes de Loire Atlantique

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Ces dernières semaines, plusieurs élus et responsables socialistes de Loire Atlantique ont évoqué la question de la Réunification de la Bretagne en des termes étonnants.

Au mieux, certains jouent de la langue de bois, affirmant qu'en temps de crise il y a d'autres priorités.


Pourtant, la politique régionale se doit d'avoir une vision globale des enjeux et un sens de l'anticipation.  La réunification de la Bretagne est un des enjeux pour l'avenir économique des bretons.


Les régions fortes et dynamiques en Europe et dans le Monde s'appuient sur une identification claire à l'externe et mobilisatrice à l'interne : Bavière, Catalogne, Ecosse...

Au delà des identités culturelles, des logiques économiques intègrent ce fait : le nombre d'entreprises membres des réseaux « produits en Bretagne » (en Loire Alantique aussi) est de ce point de vue significatif. La Bretagne est un territoire qui fait vendre en Loire-Atlantique.


L'enjeu économique dépasse ce seul département. Du  point de vue maritime, le retour de Nantes et Saint-Nazaire dans la Bretagne est une évidence : Brest, Lorient et Saint-Nazaire ont des convergences maritimes à mettre en synergie. Ces synergies ne seront pas perçues et soutenues dans un grand ouest ou Laval, Le Mans et Angers tournent le dos aux logiques « Atlantique ».


Des élus responsables ne peuvent ignorer le rôle des synergies de territoire dans la résolution des difficultés économiques. Ces synergies sont d'autant plus efficaces qu'elles collent avec le territoire vécu et perçu de l'extérieur.


D'autres socialistes évoquent une revendication qui regarde vers le passé. Rappelons donc que c'est le statut quo institutionnel qui regarde vers le passé, en se satisfaisant d'une décision arbitraire du régime de vichy et du Maréchal Pétain. Les progressistes ne peuvent se satisfaire de cet état de fait ! Etre tourné vers l'avenir et la modernité c'est s'engager dans le processus de la consultation populaire, seul moyen véritable de demander leur avis aux citoyens.


Au delà de cette nécessité démocratique, la question de la Bretagne entière est une question tournée vers l'avenir. L'avenir économique, je l'ai dis plus haut, mais aussi plus largement la construction civique d'un vivre ensemble de l'ensemble des bretons, dans leur diversité sociale, politique ou géographique. Il est encore temps de construire ce vivre ensemble autour de plusieurs villes ou métropoles d'équilibres.


Les autonomistes, dont je suis, et les socialistes ont souvent trouvé des terrains de dialogues pour faire vivre les solidarités dans nos villes.

Retrouvons ces terrains de dialogues sur la question de la démocratie et

des territoires.


Que le Président des Pays de la Loire défende le siège sur lequel il est assis est humainement compréhensible. Qu'il le fasse en évoquant le mot d'annexion est particulièrement choquant.


Les valeurs de gauche doivent porter à la construction de projets de territoire identifiés par les citoyens, et donc démocratiquement lisibles.

Michel Rocard ne le disait-il pas encore récemment à l'assemblée générale de l'ADELS ?

Rejeter en bloc les évolutions territoriales de la Bretagne, c'est positionner le parti socialiste dans une posture conservatrice d'un autre âge .


Alors de l'audace, pour que la question de la démocratie et de l'efficacité territoriale reste une valeur partagée à gauche, la Réunification de la Bretagne doit être portée par tous les démocrates et soumises aux électeurs.


Yann SYZ

Adjoint au maire de Lorient

Publié dans Réunification

Commenter cet article