Budget de Lorient : entre difficulté et offensive.

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Le projet doit être adaptable

Il faut bien faire avec le cadre légal actuel, même si nous en connaissons les limites. Si nous demandons aujourd'hui aux Lorientais de contribuer un peu plus, c'est bien pour assurer le niveau nécessaire de services à la population tout en reportant moins que la moyenne des villes cette charge sur les générations futures.

Cette stratégie globale ne doit pas nous faire oublier l'autre enjeu du moment, qui est celui de la rationalisation de la dépense. Au delà des transversalités internes qui sont là en jeu, au delà des nécessaires économies (énergies surtout), ce point doit nous amener à ne pas hésiter à remettre régulièrement en question entre nous le dimensionnement de certains projets en fonction de nos capacités. Ainsi, si le réaménagement de la place de l'Hôtel de ville est un bon projet, l'importance du décor tout autour doit être une question ouverte.



Mobilité, patrimoine, enfance et culture

Ayant déjà présenté ici les axes de travail dans le domaine de la santé, je n'y reviendrai pas. Je me contenterai de relever certains éléments marquants du présent budget.

  Ä On observe d'abord que ce budget est traversé par la question centrale de la mobilité, dans une logique d'équilibre entre la qualité de vie en ville et l'attractivité du territoire.

Les lignes évoquant les rues Chaigneau et Chenailler, le double chantier place de la Mairie - Dupuy de Lôme, les études « secteur gare » et aménagements vélos, forment un tout cohérent.

  L'enjeu est bien de venir à Lorient plus facilement sans que les flux cachent la ville, de faire de la voiture un maillon de l'intermodalité parmi d'autres, de renforcer la place de l'habitant dans l'espace public et de permettre des mobilités choisies et non subies.

  Ä On note ensuite que ce budget ancre, comme prévu, la notion de patrimoine à l'hôtel Gabriel. Les travaux d'adaptation du bâtiment en vue de l'accueil des fonds patrimoniaux de la Ville et d'outils de compréhension de Lorient d'hier à aujourd'hui sont un acte important en vue de l'intégration de ce nouvel espace à la ville de Lorient.


Ä On remarquera également que ce budget marque un nouveau pas vers le renforcement de la qualité de vie de l'enfant. Modernisation des crèches, sanitaires rénovés dans les écoles, poursuite des aménagements de jeux... Lorient place l'accueil des enfants comme un enjeu de la vie urbaine.

  Cet état d'esprit doit maintenant nous servir de base pour réussir aussi, de manière transversale, à faire de la jeunesse un acteur constructeur du territoire.

  En matière culturelle, si on place le regard au delà des frontières des chapitres budgétaires, nous avons toutes les cartes en main pour tenir l'équilibre entre les trois savoirs - faire de Lorient : l' éducation populaire et scientifique, la transmission bretonne et celtique et la création artistique innovante.


Développement économique et rationalisation

Et l'économie dans tout cela ?

Elle est présente dans tous les questionnements évoqués ici : l'investissement dans la commande au BTP, la place de Lorient dans les mobilités modernes, la dynamique culturelle, l'attention aux jeunes et le renforcement de la connaissance du patrimoine de la ville sont autant de facteurs qui construisent un environnement favorable au renouveau économique.

  L'intervention directe auprès des porteurs de projets et dans les infrastructures de développement étant plutôt du ressort de l'agglomération, ceux d'entres nous qui s'inquiètent de notre capacité à construire l'économie de demain doivent surtout veiller à ce que l'on conserve un lien fiscal entre le monde de l' entreprise et l'agglo, il y va de leur intérêt réciproque.

  Si on se place enfin dans la prospective, au delà du budget 2009, les débats institutionnels et fiscaux du moment doivent nous conduire à réinterroger les frontières actuelles entre les champs communaux et intercommunaux.

Il y a là des marges à exlorer en matière de rationalisation de la dépense publique et d'efficacité dans l'action.

 

Yann SYZ

Publié dans Divers

Commenter cet article