Soutien aux parents d’élèves qui réclament l’ouverture d’une seconde classe bilingue à l’école maternelle publique de Bruz

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Au nom du président G Gadiou, le secrétaire H Gourmelen a adressé un message de solidarité aux parents d'élève de div yezh bruz

Pour signer la pétition en ligne http://div-yezh.org/spip.php?article1115



Ci-après le communiqué de presse de nos élus, signé d'ana sohier, conseillère municipale de rennes et vice-présidente de l'AEPB pour l'Ille et Vilaine.




En ce début d’année scolaire, les 49 enfants inscrits à l’école maternelle bilingue de Bruz se trouvent dans une classe avec un seul enseignant. Sollicitée par les parents d’élèves, l’Inspection académique a refusé l’ouverture d’une seconde classe maternelle. Elle propose de répartir les enfants entre les autres classes maternelles de l’école ou la classe primaire bilingue. Face à cette proposition qui remet en cause le choix d’un enseignement bilingue et le respect des conditions d’accueil des enfants à l’école publique, les parents d’élèves ont occupé l’école hier.
Le refus de l’Inspection académique d’ouvrir une nouvelle classe est inconcevable et la proposition faite aux parents de répartir les enfants dans d’autres classes, classes par ailleurs déjà amplement chargées, l’est encore plus.

Nous  demandons  donc à l’Inspection académique de prendre ses responsabilités et de pourvoir un poste supplémentaire dans les plus brefs délais. Les enfants scolarisés en filière bilingue en Ille-et-Vilaine n’ont pas à souffrir du manque d’anticipation et de mauvaise volonté de l’Inspection académique. Celle-ci doit, aujourd’hui, être capable de former les enseignants qualifiés nécessaires au développement des classes bilingues et ainsi satisfaire la demande croissante et légitime des parents d’élèves d’avoir un enseignement bilingue de qualité pour leurs enfants.

Nous   demandons , au nom du droit à l'expérimentation inscrit dans la loi, le transfert à la Région de la compétence de l'enseignement bilingue afin de pouvoir appliquer la politique linguistique votée à l'unanimité en décembre 2004 par le Conseil régional, politique qui se heurte jusqu'à aujourd'hui au mur de l’État et du Rectorat.

L’actualité nous engage, encore une fois, à rester vigilants et à ne pas céder face aux positions inadmissibles des représentants de l’Éducation nationale.

Ana Sohier
Conseillère municipale déléguée de Rennes
Vice-présidente de l'AEPB pour l'Ille et Vilaine

Commenter cet article