Algues vertes : Téléchargez le rapport confidentiel du préfet des Côtes d’Armor

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Pour télécharger le rapport http://www.udb-bzh.net/IMG/pdf/rapport_algues_vertes_Prefet_22.pdf

 

 

Dans une note confidentielle de onze pages, datée du 4 septembre 2009, le préfet des Côtes d' Armor pose enfin un regard réaliste sur le phénomène des algues vertes.

La lecture de ce document préfectoral listant objectivement causes et conséquences des marées vertes, tranche avec le discours habituel des pouvoirs publics. Il rejoint dans ses affirmations et son analyse sans complaisance le discours des associations environnementalistes, de syndicats tel la Confédération Paysanne, de formations politiques comme l'UDB et les Verts qui dénoncent depuis des décennies les dérives du modèle agricole productiviste.

Est-ce parce que le document ne devait pas être rendu public qu'il est si honnête ?

 

Depuis la succession de faits dramatiques , l'été 2009 , depuis la diffusion publique des données scientifiques prouvant la nocivité des algues vertes pour la santé et la vie même, tant humaine qu'animale, la prise de conscience a été brutale pour beaucoup. Qui oserait aujourd'hui prétendre comme Eugène Baratte, de la Coordination rurale dans son intervention au CESR le 16 mars 2009 sur le SDAGE :"...on joue à se faire peur, on dit qu'il y a des nitrates dans l'eau et que cela n'est pas bon pour la santé, alors je dis : combien de morts ? .. Pour terminer quant aux soi - disant pollutions agricoles, je dis que c'est la ville qui pollue puisque la plupart des boues des stations d'épuration sont épandues sur les terres agricoles, par conséquent c'est bien l'agriculture qui dépollue".

 

Effectivement les paysans ne portent pas l'entière responsabilité de la situation actuelle. Ils en sont les victimes directes, autant dans leur santé que dans la casse sociale: 17.000 emplois de chefs d'exploitation et collatéraux ont disparu entre 2002 et 2007 , une seule installation pour cinq départs , seulement 12.000€ de revenu moyen par actif , soit la moitié moins que le revenu médian français , les salariés de l'agro-alimentaire parmi les plus mal payés pour des métiers pénibles. Ce modèle est-il vraiment viable et humain ?

 

La responsabilité est collective. En effet, c'est bien un modèle économique qui pousse les consommateurs à rogner de plus en plus sur les dépenses alimentaires, tirant les prix vers le bas afin de pouvoir dépenser plus en loisirs, informatique, téléphonie, mode, etc.... Ce sont bien des maires qui ont signé des permis de construire , des préfets qui ont signé des arrêtés d'exploitation, régularisé des extensions . Ce sont des banques qui ont accordé des prêts pour certains types de projet , des coopératives qui ont fait rentrer les paysans dans des systèmes intégrés pour le plus grand bénéfice de la grande distribution, de l'industrie chimique et de leurs actionnaires.

 

Aujourd'hui, le préfet des Côtes d' Armor, propose pour répondre aux objectifs de la directive cadre et pour faire cesser les phénomène des algues vertes, une solution radicale . Citation: « L’arrêt total de l’agriculture sur le bassin-versant avec conversion totale des terres en prairies fauchées mais non fertilisées permettrait d’atteindre 10 mg/l de nitrate en 2020, ce qui aurait un impact marquant sur le phénomène des algues vertes ».

 

Cette proposition est pour le moin révolutionnaire venant des services de l' Etat. Les moyens suivront-ils pour permettre cette conversion écologique et durable de l'agriculture , conversion accompagnée car il ne s'agit pas d'ajouter la casse humaine au désastre écologique ?

 

 

Mona Bras - adjointe au maire de Guingamp, conseillère régionale

Publié dans Environnement

Commenter cet article