Bruz: Ya d'ar Brezhoneg à l'unanimité ! : Intervention de notre ami Alain Cédelle, lors de la signature

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Alain-cedelle1.jpgLa langue bretonne fait partie de notre patrimoine commun , indépendamment du fait qu'on la  parle ou pas. Mais  tout le monde parle breton  !  Ou du moins certains mots qui sont passés dans  le français, comme goéland ou bijou  pour ne prendre que ces exemples. Il s'agit de notre patrimoine, disais-je, à  ce titre nous avons  donc une responsabilité collective  quant à  sa préservation.
 
Par  la  reconnaissance de la langue bretonne  que représente la signature de la Charte, nous nous inscrivons dans la politique  linguistique adoptée par la région Bretagne, en  décembre 2004, et qui plus est  votée à l'unanimité par le Conseil régional de l'époque

Au niveau  national, la question des langues régionales est encore en débat. Un nième projet de loi  a été débattu, la semaine dernière, au Sénat, mais hélas une fois de plus sans perspective d'aboutir. A quoi donc a servi l'inscription, en  2008,  des langues régionales dans la Constiution, au titre du patrimoine ?

 Au niveau européen, la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaires   a été signée par l'Etat francais, mais elle n'est pas pas encore ratifiée. Nous avons encore un certain  retard par rapport au Droit Européen et au Droit international.

Mais les choses avancent dans le bon sens. L'avancée se fait aussi au niveau local par l'engagement de nos collectivités.  En Ille et Vilaine, Bruz est la troisième ville, après Rennes et Redon,  à signer la Charte .

La charte Ya d'ar Brezhoneg va être signée. Il nous restera à l'appliquer.

Alain  Cédelle

Commenter cet article