Discussions autour d'un deuxième incinérateur dans le Morbihan

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Discours de Françoise Ramel-Flageul devant le Syndicat intercommunal pour le transfert et le traitement des ordures ménagères du Morbihan intérieur

Jeudi 28 février - SITTOM-MI

En tant que déléguée communautaire à Pontivy Communauté et élue pontivienne fortement impliquée dans les engagements de l’Agenda 21, j’attire l’attention de l’assemblée sur la difficulté d’avoir à prendre position sur un document global qui semble considérer comme acquis la création d’un 2ème four sur notre site d’exploitation.

ramel-flageul-francoise-pontivy-journal-F-Ramel-630x0On nous présente cette évolution comme allant de soi, or il me semble qu’une telle décision devrait reposer sur l’étude préalable de plusieurs scenarios, dont celui qui semblait prévaloir au Sittommi jusqu’à présent, à savoir la modernisation du site pour atteindre la capacité de 33 000 tonnes d’ordures ménagères, comme nous y autorise la règlementation.

Le scénario unique sur lequel nous sommes amenés à donner ce soir un avis, selon l’ordre du jour, implique un changement important des missions de notre syndicat intercommunal : traiter des déchets autres que ménagers entrainant une augmentation conséquente de la capacité d’incinération du site de 33 000 à 66 000 tonnes. Est-ce cela que nous voulons vraiment, au nom de quelle priorité ?

C’est pourquoi sans nier l’ambition présentée dans ce PDND, ni la nécessité de réfléchir à la filière de retraitement des déchets non ménagers, il me semble prématuré et non cohérent de nous exprimer en tant que représentants de nos assemblées respectives, sans expression du conseil communautaire sur ce dossier, sauf à rappeler l’impact sur les populations d’un 2ème four pour traiter de surcroît des déchets dont nul ne semble enclin à ce jour, à nous préciser la nature, l’origine et le tonnage.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons Monsieur le président, ainsi qu’à l’assemblée, le report de ce vote.

Nous demandons aussi que les communes directement concernées par cet hypothétique projet puissent également donner leur avis.

Nous demandons enfin que le SITTOMMI présente l’étude du scénario permettant de conserver un seul four sur le site en intégrant dans sa stratégie de façon prioritaire les évolutions que nous devons encourager par ailleurs, à savoir réduire la production à la source des déchets non recyclables.

 

Article paru sur Ouest-France, le 2 mars 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Discussions-autour-d-un-deuxieme-incinerateur-_40883-2168950------56178-aud_actu.Htm

Le 5 décembre dernier, le projet de Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux (PDND), a été présenté lors d'une session au conseil général. Jusqu'au 28 mars, les établissements publics de coopération intercommunale sont invités à leur tour à donner leur avis.

 

Jeudi soir, le Syndicat intercommunal pour le transfert et le traitement des ordures ménagères du Morbihan intérieur (Sittom-Mi), qui réunit 101 communes, s'est plié à l'exercice.

Les discussions ont très vite pris une tournure politique. La section locale du Parti socialiste s'était en effet chargée d'allumer la mèche, samedi, en dénonçant « la création d'un 2e four à l'usine d'incinération », envisagée dans le cadre du plan (voir Ouest-France du lundi 25).

Il y a quelques semaines, le Sittom-Mi envisageait dans l'une de ses délibérations « le traitement des ordures ménagères résiduelles et encombrants de déchèteries, avec comme schéma possible l'augmentation du potentiel de valorisation énergétique de Pontivy, en construisant si besoin un 2e four ».

Une hypothèse, et rien de plus, a souligné le président, Grégoire Super.« Le vrai enjeu aujourd'hui est de nous prononcer sur le Plan. Je regrette que certains mettent de l'huile sur le feu, alors que le four n'est pas d'actualité. Le Sittom-Mi n'est pas une assemblée politique ».

Une enquête publique DL;cette année

Un argument qui a fait bondir Françoise Ramel-Flageul, responsable de la fédération UDB du Morbihan. Cette dernière a demandé le report du vote.« Il est difficile d'avoir à prendre position sur un document global qui semble considérer comme acquis la création d'un 2e four »,regrette l'élue pontivyenne. « On nous présente cette évolution comme allant de soi. Or, il me semble qu'une telle décision devrait reposer sur l'étude préalable de plusieurs scénarios, dont celui qui semblait prévaloir au Sittom-Mi jusqu'à présent, à savoir la modernisation du site, pour atteindre la capacité de 33 000 tonnes ».

Samedi, le PS avait lui aussi souhaité la présentation du dossier en conseil communautaire. Un souhait qui sera finalement exaucé, le 26 mars.

« Pontivy communauté sera saisie en assemblée plénière. Les délégués communautaires pourront s'exprimer sur le sujet, comme toutes les autres collectivités l'ont fait. C'est démocratique », a annoncé Jean-Luc Oliviéro, tout en se disant « favorable au plan ». Un choix qui ne manquera pas de faire grincer les dents, à droite.

Le Sittom-Mi s'est finalement prononcé à une large majorité pour le PDND. Françoise Ramel-Flageul (UDB) et Pierre Giraldon, conseiller municipal pontivyen et délégué à l'Agenda 21, ont voté contre. Cinq élus se sont abstenus. Une enquête publique devrait être lancée, à partir d'avril. Il appartiendra ensuite au préfet de trancher.

 

DL;Élisabeth PETIT

Publié dans Economique et social

Commenter cet article