Identité Nationale : Intervention des élues AEPB à Brest

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

IDENTITE NATIONALE

INTERVENTION DE L'UDB AU CONSEIL MUNICIPAL DE BREST LE 15 DECEMBRE 2009

 

 

Monsieur le Maire, chers collègues

 

 

http://idata.over-blog.com/0/08/81/21/AMK.jpgAujourd’hui le débat souhaité par le Président Sarkozy, et animé au sommet de l’Etat par le Ministre de l’immigration et de l’identité nationale, va se tenir sur la circonscription de Brest rural, à l’initiative du sous préfet de Brest.


Monsieur le maire, vous nous avez confié deux responsabilités, celle de l’Insertion par le dialogue des cultures et celle de la mise en œuvre de la Charte Ya d’ar Brezhoneg.


Ces deux délégations sont en relation étroite avec la conception que notre municipalité se fait de la question des identités : la première parce qu’elle propose une réponse politique, culturelle et éducative au fait de la diversité, la seconde parce qu’elle donne sens au positionnement de Brest comme capitale occidentale de la Bretagne.


Si au niveau national, le débat est ambigu sur le fond et confus dans la forme, nous avons, quant à nous les idées claires :


Tout d’abord, nous sommes depuis sa création, hostiles à un ministère qui associe étroitement identité nationale et immigration, comme si l’une était menacée par l’autre, faisant, par cet amalgame, des boucs émissaires potentiels des personnes d’origine étrangères vivant sur notre territoire.


Ensuite, parler d’identité au singulier - les sciences humaines, heureusement, sont là pour nous le rappeler- est une aberration, les identités individuelles ou collectives, étant toujours multiples, pluridimensionnelles, évolutives.


Il n’est pas dérisoire de parler d’identité, mais comment donner un contenu fédérateur à une question aussi grossièrement posée, une question qui semble ignorer que la France est de formation plurielle, qu’elle a des valeurs de références : liberté, égalité, fraternité, laïcité, diversité.


Alors, la question qui se pose réellement, n’est-elle pas plutôt : comment faire vivre cet idéal au quotidien ?


* Quel grand projet du gouvernement pour rétablir la première des libertés, celle de l’accès pour tous à l’emploi, au http://idata.over-blog.com/0/53/79/06/frederique-le-nedellec.jpglogement, à l’éducation ?


* Quels moyens allons-nous mettre en œuvre, concrètement pour établir, non pas seulement l’égalité des chances, mais l’égalité tout court, idéal bien plus exigeant que ce qu’on appelle communément, et abusivement, la méritocratie républicaine, méritocratie qui exclue systématiquement les plus fragiles ?


* Et le principe de fraternité, qui n’engage à rien s’il n’est traduit en actes, en lois et en obligations, comment allons-nous le porter, dans une société consumériste qui désagrège le politique à ce point ? Comment allons-nous recoudre ce que la loi du marché est en train de déchirer ?


* La laïcité qui garantit la liberté de conscience et de choix, peut-elle se développer sans une école de l’émancipation, qui se donne pour mission première d’éveiller à l’esprit critique ?


* La diversité peut-elle être vécue comme une richesse pour tous, à partager par tous, alors même que la loi attendue sur les langues régionales est passée aux oubliettes ? Alors même que les discriminations de toute sorte minent le corps social ?


Voilà, pour nous, les seules et vraies questions.


Nos identités, elles sont dans nos projets, et dans les moyens que nous nous donnons pour les réaliser, car les identités n’existent qu’en actes.


Les Bretons ont conquis ces dernières années une grande liberté : celle d’être capables de combiner des identités multiples : être à la fois bretons, français, européens, citoyens du monde. Etre capables de combiner ces identités, c’est se rendre aptes à vivre la diversité.


Qu’on ne vienne pas, du plus haut sommet de l’Etat, détruire cette construction identitaire dynamique, par des questions fermés, des discours archaïques, des réponses obscurantistes, et des pratiques d’exclusion.


 

 

 

Anne-Marie Kervern, Adjointe au Maire et conseillère communautaire

Frédérique Le Nedellec, Conseillère municipale et Conseillère communautaire

 


Publié dans Divers

Commenter cet article

Michel FRANÇOIS 18/01/2010 07:53


Superbe intervention, à laquelle je vais me permettre de faire écho sur les blogs de Loire-Atlantique, où le sujet a intéressé un public inhabituel. Bravo !

Michel.


Vernadsky 17/01/2010 03:02


"Nos identités, elles sont dans nos projets, et dans les moyens que nous nous donnons pour les réaliser, car les identités n’existent qu’en actes."

C'est certes vrai, mais sans mettre en banqueroute organisée le système financier et monétaire international via une Commission Pecora et un retour au crédit productif public, cela restera de
vaines paroles qui n'engageront que ceux qui y croieront.

Bien à vous,