Nantes: La réforme des rythmes scolaires en débat

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Dans son intervention lors du débat du 5 avril 2013, notre collègue Pierre Even a notamment déclaré:

« Vous me permettrez d’évoquer brièvement l’école que j’ai fréquentée, celle du début des années 50. La semaine de classe allait alors dulundi au samedi avec une pause le jeudi. Puis on est passé à quatrejours !

 

Il est évident que lundi, mardi, jeudi et vendredi c’est un peu juste.L’attention des enfants est sollicitée sur quatre jours, ce qui est tropdense chaque jour. Cela étant il y a désormais des obstacles sociétauxau rétablissement de l’école le samedi. Des habitudes ont été prisespour le weekend par une société devenue majoritairement urbaine. C’est un fait !

 

Le mercredi est donc la seule solution disponible. C’est donc ce jourqu’il fallait prendre, en organisant les classes de telle manière que lesenfants supportent bien le fait de se lever cinq jours d’affilée. Comment faire, c’est la question que je pose aujourd’hui.

 

L’organisation mise en place par la première adjointe en charge du dossier, Johanna Rolland, est adaptée à la situation. Les directionsconcernées ont prévu, dans les meilleures conditions possibles, et demanière anticipée, l’articulation entre le temps dédié à l’enseignement, les repas et les activités sportives et culturelles.

 

Nous pensons donc que sur ce sujet il était bon d’aller de l’avant etd’améliorer l’adaptation de l’école aux besoins des enfantsd’aujourd’hui. On peut penser que cela permettra aux enfants lesmoins favorisés de bénéficier, en même temps que les autres,d’activités culturelles et sportives dont ils sont souvent éloignés dusimple fait de la pauvreté ou des revenus modestes de leur famille. Cesactivités contribueront à développer leur personnalité et leur capacitéd’autonomie et pourraient être associées à une initiation à des languesétrangères ou régionales. Je cite le breton : plusieurs ici me reprocheraient de ne pas l’avoir fait !

 

Une initiation aux langues par le jeu, le théâtre, le film, d’une manièreconviviale et désinhibante .Un atout pour les citoyens et les acteurséconomiques de demain ? C’est ma deuxième question aux intervenants.

 

Pour conclure, tout cela s’inscrit bien dans la volonté de la majorité d'organiser les parcours éducatifs et de favoriser la réussite éducative enlien avec tous les acteurs de la communauté scolaire ! ».

 

Publié dans Divers

Commenter cet article