PAIMPOL-GOËLO : DU CONCRET POUR LA LANGUE BRETONNE

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Comme à chaque rentrée, le débat sur la carte scolaire reprend un peu de vigueur… Nous souhaitons que les solutions mises en œuvre soient suffisamment équilibrées. Sans doute doivent-elles tenir compte de l’intérêt des communes qui ont parfois beaucoup investi pour accueillir les élèves, suite à l’application non concertée de la carte scolaire par la précédente municipalité paimpolaise. Mais elles doivent surtout tenir compte de l’intérêt des familles et des contraintes et problèmes qu’elles rencontrent.

 

Car c’est bien l’enfant qui doit être au cœur du système éducatif, et pas seulement les questions de finances ou de locaux.

 

 

A cet égard, suite à la rencontre intercommunale qui a eu lieu le mardi 13 octobre, nous nous félicitons qu’une concertation s’instaure et facilite une certaine souplesse dans l’application des règles liées à la carte scolaire.

 

Il faut aujourd’hui aller un peu plus loin, prendre en considération certaines aspirations légitimes, et reconnaître que l’enseignement bilingue est bien un enseignement spécifique, au même titre que celui dispensé en CLIS. Sur l’ensemble du territoire de la CCPG, dans l’enseignement public, seul le site de Kérity le propose.

 

 

 

La langue bretonne doit (re)trouver toute sa place en Bretagne. Elle est désormais reconnue, au même titre que les autres langues régionales, dans la Constitution. Cela doit se traduire dans les faits, y compris dans l’enseignement, même et surtout quand cela dépend de décisions locales. Le droit fondamental des parents à choisir la (les) langue(s) de leur choix pour l’éducation de leurs enfants doit être respecté.

 

 

Nous demandons donc qu’au titre des dérogations et des « bons de sortie » signés par les maires, le choix de la langue bretonne soit également pris en compte. Elle suggère aussi, pour l’avenir, que cette question soit examinée par les élus communautaires, pourquoi pas dans le cadre d’une compétence « culture » enfin attribuée à la CCPG. A ce jour trois communes (Paimpol, Plouézec et Lanloup) du territoire communautaire ont signé la Charte Ya d’ar Brezhoneg. D’autres, nous l’espérons, s’apprêtent à leur emboîter le pas… Et, pourquoi pas, la CCPG elle-même ? Il faut bien sûr que cet engagement fort trouve une traduction concrète dans les actes.

 

 

Pierre Morvan conseiller municipal de Paimpol

Philippe Coulau adjoint au maire de Plouézec

Fañch Rebours adjoint au maire de Lanloup

 

Commenter cet article