Pour la rentrée, lasagnes au menu des écoliers

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Lire l'article orginal sur le site Maville.com Lorient

 

http://www.lorient.maville.com/actu/actudet_-Pour-la-rentree-lasagnes-au-menu-des-ecoliers_loc-1979555-1773728_actu.Htm

 

 

Pas loin de 2 500 enfants lorientais mangent à la cantine. Du bon, du bio et de l'équilibré. Explications avec Yann Syz, l'adjoint qui veille sur leurs assiettes.

Que vont trouver les enfants dans leurs assiettes ce midi ?
560511_p_1.jpg

Pour ce menu de rentrée, il y aura des carottes bio, des lasagnes à la bolognaise, une part de coulommiers et des mirabelles en dessert.

 

Pas de frites pour faire plaisir en ce premier jour de classe ?

 

Au fil de l'année, il y en a. On peut même dire que le taux de fréquentation des cantines scolaires est en nette augmentation quand les frites sont annoncées. En revanche, on évite les épinards, les choux de Bruxelles. On a essayé. Cela ne passe pas vraiment.

 

Les enfants savent à l'avance ce qu'ils vont manger et on peut venir manger quand on veut ?

 

Oui, les menus de la semaine sont affichés au plus tard le lundi matin. Les parents savent ce que leurs enfants auront dans leurs assiettes. Ils peuvent alors adapter le repas du soir, pour lequel d'ailleurs des suggestions sont faites par nos services. Et effectivement, l'accès à la cantine est géré au quotidien. L'enfant doit seulement disposer d'un badge et le valider le matin sur une borne à l'entrée de l'école, s'il reste déjeuner. C'est un système plus fluide pour les familles mais qui impose une gestion complexe.

 

La cantine, c'est aussi une école de goût ?

 

Le temps de repas c'est également de l'éducation. Une fillette de CM2 nous a avoué avoir goûté un kiwi, pour la première fois, en le mangeant à la cantine. Régulièrement, des repas thématiques sont proposés avec des saveurs d'ailleurs, ou bien de chez nous comme les plats bretons servis pendant les fêtes des Deiziou.

 

Qui concocte les plats pour les écoles primaires ?

 

Ils sont préparés par la cuisine centrale installée à Kerletu. Cette unité assure également l'élaboration des repas portés à domicile, ceux des foyers logements. Elle fournit également les communes d'Inzinzac-Lochrist, d'Auray. Deux écoles privées de Lorient passent aussi commande : Sainte-Thérèse de Keryado et Diwan.

 

Le bio est arrivé dans les assiettes, vous allez poursuivre ?

 

Bien sûr et nous souhaitons augmenter, si nous le pouvons, en passant de 27 % de bio l'an passé à 30 % pour cette nouvelle année scolaire. Mais il n'y a pas que le bio. Il y a aussi le souci de s'approvisionner localement. C'est le cas pour les légumes classiques, la viande labellisée bleu blanc coeur, les produits laitiers livrés par deux fournisseurs installés à Plouay, Inzinzac-Lochrist ou encore Ploemeur. Et inutile de préciser que pour le poisson servi frais, il vient du port de pêche de Lorient. L'investissement est de 350 000 à 400 000€ pour assumer ce choix. Mais ainsi, nous le réinjectons dans l'économie bretonne.

 

Tout cela se déroule en concertation ?

 

Oui. Une diététicienne travaille à l'élaboration des repas. Chaque mois, nous allons dans une école. Nous parlons avec des élèves, des parents, les équipes de cuisine et de l'école, pour débattre des menus. Nous n'avons eu à ce jour, aucun courrier de parent pas content.

 

Recueilli par Françoise ROSSI.  Ouest-France

Publié dans Economique et social

Commenter cet article