Sobriété foncière et urbanisme soutenable: un enjeu de civilisation pour la Bretagne

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

aepb edab

Association des Elus Progressistes de Bretagne

samedi 13 octobre 2012 (14h-17h30)


Loudéac

salle Jeanne Malivel

au centre-ville, 38 rue de Moncontour

Débat public


Sobriété foncière et urbanisme soutenable: un enjeu de civilisation pour la Bretagne

« La Région Bretagne a doublé ses surfaces artificialisées en seulement 20 ans. Autrement dit, il a été urbanisé, en 20 ans, l’équivalent de ce qui a été urbanisé par les générations précédentes pendant plus de 2 000 ans. Les sols bretons sont aujourd’hui plus artificialisés que la moyenne nationale (total des sols artificiels bretons : 12%, contre 9% en France métropolitaine). La surface artificialisée par habitant est de 1.080 m² / habitant en Région Bretagne, contre 820 m² / habitant en moyenne à l’échelle nationale et 400 m² / habitant en Allemagne ».

 

« La disparition des terres agricoles est devenue particulièrement préoccupante : 6.400 ha de terres agricoles sont ainsi artificialisées chaque année en Région Bretagne (source : recensement général agricole 2011), soit un rythme deux fois plus élevé qu’à l’échelle nationale ».

 

Extraits du document « Pour une gestion durable du foncier au service du développement de la Bretagne », rapport du Conseil régional de Bretagne, juin 2012.

 

 

Ces éléments de contexte mettent en évidence l’importance de la question foncière en Bretagne. Nous assistons à une rupture de civilisation sans forcément en mesurer les conséquences irréversibles. Les outils juridiques, politiques et réglementaires pour une gestion plus économe du foncier existent : établissement public Foncier de Bretagne, agences d’urbanisme en milieu urbain, SAFER (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) sur le foncier agricole, SCoT (schéma de cohérence territoriale), PLU (plan local d’urbanisme), PLH (programme local de l’habitat), PDU (plan de déplacements urbains), droit de préemption et d’expropriation, acquisitions foncières. Mais ces outils sont-ils bien identifiés par les acteurs locaux et sont-ils utilisés à bon escient ?

 

 

De toutes les problématiques que les élus territoriaux doivent relever celle de l’habitat, au sens large du terme (logement, activités économiques, équipements publics et administrations), est sans doute la plus importante, celle qui engage le plus leur mandat et leur donne le plus de responsabilités à l’égard des générations présentes comme des générations futures.

 

Or, sur la problématique de l’habitat, les collectivités bretonnes sont aujourd’hui confrontées à deux défis redoutables :

 

- comment prendre en compte les évolutions démographiques en cours qui induisent une forte augmentation de la demande de logements (+ 30.000 habitants chaque année en Bretagne, longévité accrue, phénomène de « décohabitation » qui conduit à une moyenne d’à peine 2 habitants par foyer) tout en combattant l’artificialisation galopante du territoire que chacun peut constater ? En effet, l’urbanisation « mange » 1% du territoire breton tous les 3 ans (en Région Bretagne comme en Loire-Atlantique d’ailleurs), contre un rythme de 1% tous les 7 à 8 ans en France et de 1% tous les 30 ans en Allemagne.

 

- comment appliquer et même anticiper les nouvelles réglementations thermiques dans le bâti (RT 2012, RT 2015, RT 2020), qui visent à contenir les dépenses énergétiques, sans tomber dans le piège d’une banalisation architecturale qui viendrait rompre avec les caractéristiques propres aux différents terroirs bretons, lesquelles participent à l’identité culturelle et visuelle de la Bretagne ? Comment concevoir une architecture à la fois innovante, agréable à vivre et de Bretagne ?

 

C’est à ces deux défis majeurs pour l’avenir de la Bretagne et de ses communes que l’Association des élus progressistes de Bretagne (AEPB) a décidé de consacrer un débat public le samedi 13 octobre, de 14 heures à 17 heures 30, à LOUDEAC, salle Jeanne Malivel, 38 rue de Moncontour.

 

Ce débat s’adresse aux élu-e-s de Bretagne mais aussi à toute personne que l’avenir du territoire et le vivre ensemble en Bretagne intéressent.

 

 

les intervenants

 

 

Pour lancer le débat sur des bases rigoureuses, l’AEPB a invité 5 spécialistes qui sont aussi des opérateurs, des acteurs de terrain, soit dans le domaine de la maîtrise du foncier, soit dans le domaine de la conception du bâti :

 

 

Claire GuiheneufClaire GUIHENEUF est directrice de l’ADEUPa (Agence de développement et d’urbanisme du pays de Brest), qui intervient dans la politique foncière d’un pays de 1.700 km² et 385.000 habitants (89 communes, 7 intercommunalités dont une communauté urbaine). On y trouve à la fois les dimensions urbaine, rurale, « rurbaine » et maritime de la Bretagne.

 

 

Daniel Le CouedicDaniel LE COUEDIC est architecte DPLG et docteur d’Etat en histoire, fondateur et directeur de l’Institut de Géoarchitecture auprès de l’Université de Bretagne occidentale. Il a publié de nombreux ouvrages dont le récent (paru en 2012) et remarqué « Architectures en Bretagne au XXème siècle », aux éditions Palantines, écrit avec Philippe Bonnet.

 

 

Jacques LescoatJacques LESCOAT est géographe et urbaniste. Il a longtemps travaillé à la Communauté d’agglomération de Rennes (Rennes Métropole) et assuré, jusqu’en juillet 2012, le secrétariat général de la Conférence des villes de Bretagne. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la géographie humaine de la Bretagne et de monographies sur les territoires bretons, insulaires notamment.

 

Philippe BruléPhilippe BRULE est architecte DPLG (cabinet Philippe Brûlé à Quimper), spécialiste de l’architecture passive et bioclimatique du label européen Passivhaus (« Maison Passive » en allemand), élaboré dans le land allemand de Hesse il y a plus de 20 ans. Philippe Brûlé a conçu la première école communale de Bretagne en habitat passif et bioclimatique, inaugurée en 2012 à Plogastel-Saint-Germain (Finistère).

 

 

Bernard MenguyBernard MENGUY est architecte DPLG (cabinet Menguy Architectes à Vannes), urbaniste et géobiologue, investi professionnellement dans la construction durable depuis son installation en 1982. A la tête d’une équipe de 15 personnes il est aussi l’animateur du cluster Habitat Durable du Morbihan.

 

 

le plan du débat

 

 

14h-14h30 

Introduction

 

L’ouverture du débat sera précédée de la projection de quelques extraits du film « Un monde pour soi », de Yann Sinic et Nathalie Combe, réalisé en 2010 à la demande de la Fédération nationale des Parcs naturels régionaux dans le cadre d’un appel à projets du ministère de l’écologie, de l’énergie et du développement durable. Ce film met en scène des élus locaux en milieu rural confrontés à des problématiques foncières et d’accueil de nouveaux habitants. Des « cultures » et des visions du territoire se confrontent. Le monde rural révèle aussi sa capacité d’innovation.

 

14h30 16h

La « conquête de l’ouest » ou la sobriété foncière ?

Les enjeux d’une urbanisation vraiment maîtrisée

 

- l’accès au logement pour tous,

- une agriculture en capacité de répondre aux besoins de la population,

- des paysages et des ressources naturelles préservés,

- un territoire attractif pour un tourisme de qualité,

- une urbanisation qui favorise le vivre ensemble.

 

16h-17h15

Les conditions d’un urbanisme soutenable en Bretagne

 

- une mixité de fonctions sur un même territoire : logement, activités économiques, services et fonctions récréatives,

- un habitat économe en foncier et en énergie et reflet de son territoire : pour une architecture « géolocalisée », à la fois de Bretagne et innovante,

- un pouvoir prescriptif, voire normatif pour la Région ? Les cibles de densité de logement fixées par l’établissement public Foncier de Bretagne dans son programme pluriannuel d’investissement (minimum de 20 logements par ha en zone rurale, minimum de 35 en zone urbaine – cibles déjà dépassées dans les opérations subventionnées en 2011 avec une moyenne de 37 logements par ha) doivent-elles devenir la norme sur le territoire breton ?

 

17h15

Conclusions provisoires

Publié dans Economique et social

Commenter cet article

Jean-LuK 09/10/2012 08:00

Bonjour,
J'aurais vraiment aimé assister à votre réunion, ce sujet me passionne, mais je suis en réunion à Saint-Brieuc toute la journée. Est-ce que celle-ci sera enregistrée ou y aura-t-il un
compte-rendu ?

Association des élus progressistes de Bretagne 10/10/2012 20:22



Bonjour,


Merci pour votre commentaire.


Nous enregistrerons les débats afin de les partager avec le plus grand nombre.


Nous les diffuserons sur ce blog.


 


Cordialement,