Un déni de maritimité pour la Bretagne

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Claude Renoult, représentant de Saint-Malo Agglo à la Conférence régionale mer et littoral, a bien raison d'ironiser (*) sur le projet de décret, relatif à la nouvelle gouvernance mise en œuvre à l'échelle des façades maritimes. La Bretagne Nord, jusqu'à la Pointe du Raz sera sous l'autorité du Préfet maritime de Cherbourg et du Préfet de Haute Normandie, la Bretagne Sud sera sous l'autorité du Préfet maritime de Brest et du Préfet des Pays de la Loire, la sous-région Mers celtiques, au droit de la mer d' Iroise, sera sous l'autorité du Préfet maritime de Brest et du Préfet des Pays de la Loire !!!


  Il s'agit là d'un torpillage qui dépouille la Bretagne de ses responsabilités maritimes, l' Etat faisant le choix de concentrer en son sein l'ensemble des pouvoirs décisionnels. De plus cette approche cloisonnée  ne permettra pas de répondre aux enjeux de la gestion durable de la mer et du littoral bretons.


 Lors de sa session du 25 mai dernier , le Conseil Régional a d'ailleurs voté une résolution à l'adresse du gouvernement, dénonçant ce "déni de maritimé " à l'encontre de la Bretagne.  Seul le groupe UMP ne l'a pas votée... A Mme Malgorn qui  concédait  toutefois qu'il s'agissait d'une "architecture quelque peu complexe", j'ai répondu que ce n'était pas "complexe" mais "ubuesque". On ne peut qu'inciter la droite bretonne à accorder ses violons sur une question d'une telle importance pour la Bretagne.


(*) OF du O1/07/2011

 

 

Herri Gourmelen - conseiller régional - secrétaire de l' AEPB

Publié dans Economique et social

Commenter cet article