Le Conseil municipal de Quimper se prononce pour la sortie du nucléaire

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

Intervention de Georges Cadiou - adjoint au maire.

 

Voici un peu plus de 30 ans et bien qu’habitant à l’époque la région parisienne, je faisais partie de ceux que l’on appelait « les pèlerins de Plogoff » !

 

J’ai participé à plusieurs grands rassemblements du côté de Feunteun Aod pour dire NON à la centrale nucléaire que l’on voulait imposer de force !

 

Le temps a passé et ma conviction est restée la même ! Imaginez une centrale à Plogoff et un accident ! Nous n’aurions pas pu tenir ce conseil municipal ni autre chose ici à Quimper quand on voit l’étendue des zones devenues INVIVABLES autour de Tchernobyl et malheureusement aujourd’hui autour de Fukushima !

 

Bien entendu, je n’ignore pas certains chiffres : près de 80% de l’électricité que nous consommons en France est d’origine nucléaire, notamment quand nous allumons nos télévisions ou nos ordinateurs !

 

Sortir progressivement du nucléaire signifie aussi qu’il faudra remplacer cette énergie par d’autres ! C’est pourquoi il nous faut un grand débat démocratique sur l’énergie en général et sur l’énergie nucléaire en particulier, sortir du secret qui a toujours présidé à cette énergie ! Ce grand débat doit avoir lieu à l’occasion de la présidentielle et, s’il le faut, je ne suis pas opposé à un référendum !

 

Fukushima nous interpelle, on ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé. Je vote ce vœu mais je voudrai aussi ajouter une chose.

 

Aujourd’hui en Bretagne et plus particulièrement ici à Quimper, il y a un nucléaire qui nous menace davantage que le nucléaire civil, c’est le nucléaire militaire ! L’Ile Longue c’est à quelques dizaines de kilomètres seulement ! J’ai toujours été opposé à la force de frappe atomique et je trouve que de ce nucléaire-là on n’en parle beaucoup !

 

Georges CADIOU

Publié dans Environnement

Commenter cet article