Lettre aux élus de Pontivy Communauté sur l’enseignement bilingue

Publié le par Association des élus progressistes de Bretagne

 

Madame, Monsieur le maire,


Le 9 mars prochain, les équipes en place dans les communes entameront leur 2ème année de mandat. Chacune a pu prendre ses marques et identifier ses marges de manœuvre pour agir durablement en faveur d'un développement soucieux des intérêts des usagers, de la qualité des services rendus à la population et de l'attractivité de notre territoire.



Le 14 novembre 2009 était organisé à Cléguérec une première réunion publique sur un thème d'actualité, le bilinguisme. De nombreux participants sensibles à cette problématique ont répondu à notre invitation , rassemblant ainsi les 3 réseaux d'enseignement présents sur notre communauté de communes et le Pays de Pontivy.


D'autres initiatives portées par les acteurs du bilinguisme sont programmées courant 2009, pour continuer ce travail de sensibilisation de la population et permettre à la langue bretonne d'être transmise aux générations futures tout en apportant aux enfants les bienfaits d'un apprentissage précoce d'une langue.


Cependant les efforts des familles, des associations, ainsi que le soutien des collectivités hébergeant les classes bilingues, ne suffisent pas aujourd'hui à franchir le seuil d'effectifs nécessaire pour envisager un réel avenir au breton. Trop de freins limitent encore le développement de l'enseignement bilingue sur notre territoire. Il existe de gros écarts en terme de services rendus aux familles selon les collectivités. Les obstacles relèvent du cloisonnement de nos institutions (pas de réelles concertation des communes entre elles) et de réticences de certains décideurs.


Il est de notre responsabilité de répondre à la demande et d'offrir aux enfants toutes les chances de réussite à l'école. Il est prouvé scientifiquement que le bilinguisme est un atout pour la scolarité. Nous avons la chance en Bretagne de pouvoir encourager ces pratiques éducatives, dont l'impact se traduit en terme de développement dans les régions européennes qui ont cru dans leur identité et leur potentiel. Pourquoi nous priver de ces perspectives ?


Nous appelons les élus à considérer sérieusement cette question et à lever collectivement les obstacles, en posant des actes forts sans lesquels il est illusoire d'espérer consolider les filières bilingues. Nous souhaitons que des objectifs clairs en terme de progression des effectifs, de création de classes bilingues, de consolidation des filières (de la maternelle au lycée) soient mis en discussion à l'échelle des collectivités et que des engagements soient pris pour que l'effort soit mieux répartis entre les communes. Seule une forte mobilisation collective, soutenue par de nombreux élus, permettra de peser sur les décisions prises par des instances à d'autres échelles (recrutement des enseignants, affectations de postes bilingues...).


La question du bilinguisme n'intéresse pas seulement les familles qui ont fait ce choix pour leurs enfants, elle interpelle plus largement l'ensemble de la population, largement favorable à l'enseignement du breton.


Nous demandons donc la tenue du débat démocratique, pour une plus grande synergie entre les acteurs, qu'ils soient déjà ou non, sensibilisés



Veuillez agréer l'expression de nos salutations distinguées.




Martine Auffret

Elue AEPB (UDB) Cléguérec

Françoise Ramel-Flageul

Elue AEPB (UDB) Pontivy


Commenter cet article